Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le film Avatar 2, "la voie de l'eau" sort ce 14 décembre, c'est un événement pour le monde de l'apnée !

En effet toutes les scènes d'Avatar 2 "La voie de l'eau" sont tournées en apnée grâce aux entraînements et à la supervision de Performance Free Diving International, PFI, dont je suis l'un des membres en tant que moniteur d'apnée au sein d'Aquadomia à Marseille !

Je vous retranscris ci-dessous l'interview du président fondateur de PFI, Kirk Krack. Vous découvrirez ainsi le formidable challenge des acteurs et des équipes de tournage pour assurer avec réalisme des scènes époustouflantes ! 

Savez-vous que Kate Winslet, l'actrice de 47 ans, qui a accepté de rejoindre le casting d'Avatar 2, treize ans après la sortie du premier volet, a réalisé un exploit pendant le tournage : elle a réussi à retenir sa respiration sous l'eau pendant 7 minutes et 14 secondes, battant ainsi le précédent record de TomCruise n’était resté “que” six minutes en apnée pour le tournage de Mission impossible 5, sorti en 2015.

Savez-vous quel est le point commun entre les forces spéciales américaines, les athlètes extrêmes de Red Bull, les surfeurs de grandes vagues, Tom Cruise, David Blaine, Margot Robbie et James Cameron ? Lorsqu'ils ont eu besoin des meilleurs cours d'apnée au monde, ils ont fait appel à Kirk Krack, fondateur de PFI, Performance Free Diving International.

Entraînement des acteurs d’Avatar 2

Live PFI avec Kirl Krack qui a permis les performances en apnée d'Avatar 2

Avatar 2 "La voie de l'eau" : interview de Kirl Krack de PFI , entraîneur et coach en apnée des équipes de tournage et des acteurs par Jeason Meany

Traduction d'extraits du live ci-dessus.

"Je m'appelle Kirk Krack, je suis le fondateur et le président de Performance freediving International, c'est une formation internationale qui fait partie de SDI TDI ERDI et First Response. Depuis 2017, je travaille sur Avatar pour James Cameron, je vois sa vision de Pandora sous l'eau devenir réalité et c'est ce dont nous allons parler aujourd'hui,

Comment vous avez été impliqué dans ce scénario, comment vous avez rencontré James Cameron et comment vous avez été impliqué dans Avatar 2 ?

J'étais à Vancouver, j'étais à l'aéroport et j'attendais mon vol, j'étais au Starbucks et je l'ai vu passer à proximité, c'était il y a 8 ou 9 ans et je me suis dit qu'il fallait que j'aille le rencontrer.

Le temps d'avoir mon café, j'ai essayé de le trouver et je ne l'ai pas trouvé, alors j'ai pris mon vol pour La Havane, et bien sûr, il était dans les sièges 1A et B. Je suis retourné à mon siège et au dos d'une carte de visite, j'ai écrit " bullet point form ". sur le dos de ma carte de visite, j'écris un tas de points importants que j'ai fait, j'ai été dans la baie, j'ai fait partie de sept athlètes aquatiques, j'ai battu 23 records du monde, vous savez, dans les forces spéciales, bla bla bla, tout ce genre de choses, et ça m'a pris la moitié du vol pour trouver le courage, je vais le voir et je lui dis, rien de risqué, rien de gagné, je m'appelle Kirk, je suis un plongeur en apnée, et je vais lui donner ma carte, et tout de suite, il me demande combien de temps vous pouvez retenir votre respiration, et ça mène à environ 15 à 20 minutes de conversation.

20 minutes de discussion et ensuite je dois retourner à mon siège et j'imagine toujours qu'il vient de mettre sa carte sur le siège avant, à l'intérieur, c'était intéressant mais en janvier 2017, j'étais à Truck Lagoon en train de faire de la plongée technique en apnée sur scooter, de la plongée en apnée sur des épaves et à 60 mètres de profondeur en utilisant des mélanges de gaz à haute et basse pression pour accélérer le rythme de la plongée.

J'ai reçu un e-mail d'un ami qui a travaillé avec eux sur Challenger Deep disant Kirk répond à ton e-mail, c'est ton téléphone, c'est James Cameron, il veut te parler. J'ai donc eu la meilleure excuse possible pour James Cameron.  Je suis en train de faire de la plongée en apnée à bord d'un camion à Lagoon, mais il n'y a pas de réseau, rien, rien, on est au milieu de nulle part, alors un mois plus tard, je descends à Malibu et je le rencontre chez lui, on parle pendant deux heures...

... Tu sais, cette eau, c'est un film épique sur l'eau, ce sont des plongeurs en apnée, et donc ces acteurs devaient être formés, mais ils avaient aussi ce problème, tu sais, de savoir comment ils allaient tourner pendant de si longues durées et des choses comme ça parce que les bulles dans l'eau briseraient les images des caméras de capture et donc ils se sont dit qu'on pourrait faire cette plongée en apnée...

.... et c'est pour ça qu'on m'a fait venir et finalement une des choses qu'il a demandé c'est si on utilisait de l'oxygène...  ça aiderait ! Et j'ai dit absolument en fait une des choses que j'apporterais sur que j'ai développé pendant de nombreuses années et j'ai des programmes de formation pour lesquels j'ai utilisé avec succès ces techniques de plongée en apnée et j'ai expliqué le processus et comment ça fonctionnait et à la fin de ça il m'a dit "ok, tu es notre gars" et euh en mai de cette année là je crois que j'ai fait un casting alors il y avait eu, j'ai oublié, 30 enfants ou quelque chose comme ça et toutes les heures j'avais un groupe d'entre eux qui venait et je les notais sur leurs résultats. Ils venaient et je les notais sur une série d'exigences comme, tu sais, savoir nager, savoir retenir sa respiration, savoir égaliser, savoir écouter, savoir suivre des instructions, tu sais, toutes ces choses différentes, et je les classais et finalement, Bailey Bass, que j'avais enrôlée en deuxième position en termes de confort et d'aptitude à l'eau, et tout ça, a été choisie comme l'un des enfants qui est littéralement censé être né dans l'eau !

À l'origine c'était censé être moi cinq instructeurs PFI avec moi deux mois entiers à former les acteurs et l'équipe parce qu'on avait besoin de former les membres de l'équipe les vous savez les gens qui font le tournage euh Pete zucchini incroyable apnéiste chef de la photographie sous-marine pour Avatar je veux dire juste  incroyable plongeur en apnée, mais aussi tous les autres, et on s'est synchronisé sur la façon dont on allait faire avec les acteurs et ce genre de choses, et finalement ça n'a fait que continuer, et j'y ai travaillé pendant deux ans et demi à Los Angeles et deux autres années en Nouvelle-Zélande !

Quels sont les trucs techniques utilisés pour réussir les apnées du tournage d'Avatar 2 ?

Tu dois réaliser que je ne forme pas seulement les acteurs. mais j'entraîne leur personnage, donc j'avais des acteurs qui avaient un très bon niveau d'aisance dans l'eau, ils étaient plongeurs, ils faisaient de l'apnée, mais leur personnage était censé avoir l'air d'être étranger à l'eau, et puis j'avais des acteurs qui avaient des phobies de l'eau, ils n'étaient pas des gens de l'eau, et ils étaient censés avoir l'air comme s'ils étaient nés, littéralement, excusez-moi, nés dans l'eau...

Donc vous savez, ce que je devais faire, c'était de leur donner les connaissances de base, donc des sessions académiques, et on passait à des niveaux de connaissances intermédiaires, parfois avancés, en plongée libre, parce que les connaissances sont essentielles quand on comprend ce qu'on fait, ce qu'on fait et ce qu'on fait.  ce que l'on fait, ce que l'on ressent, quelles sont les bonnes réponses et quel est le processus, ça enlève tous les gros points d'interrogation et pour euh euh un membre de la troupe, pour un acteur, pour entrer pleinement dans le personnage, il faut enlever tous ces bruits de fond, ces bruits blancs, et ce sont les questions du genre "oh, comment je vais, pourquoi je ressens ça" donc on est passé à un niveau académique élevé...

On est passé à une grande session de la construction du réflexe de plongée les techniques de base de l'égalisation et des entrées et de la propulsion et de la sécurité et des protocoles de gestion des problèmes je veux dire qu'ils savent tous comment s'occuper d'une perte de contrôle moteur ou d'un blackout je veux dire qu'on a pratiqué toutes ces compétences comment sortir quelqu'un du fond parce qu'on est en train de faire des exercices de plongée parce que nous sommes là et comme une équipe entière bien que nous soyons là pour prendre soin d'eux nous sommes tous là pour prendre soin les uns des autres si quelque chose devait arriver et heureusement rien n'est arrivé

Un très bon exemple est celui de Sigourney Weaver, qui adorait ça. Elle devait entrer dans le bassin et s'entraîner. Souvent, à l'heure du déjeuner, quand elle ne travaillait pas sur le plateau, on faisait des trucs. de ce que tous leurs personnages devaient faire et ensuite j'ai dû me mettre à la place de ces personnages qui sont nés dans l'eau, c'est un peu comme si je n'étais pas littéralement dans l'eau mais que j'y avais passé toute ma vie, comment j'aime jouer dans l'eau, quelles sont les choses que je fais, quels sont les petits mouvements qu'une personne qui a été dans l'eau toute sa vie ferait. 

Donc j'ai dû construire, tu sais, j'ai dû prendre 54 ans d'expérience dans l'eau et essayer de les distiller dans le temps d'entraînement que j'avais, parce que souviens-toi que c'était une chose en cours, alors on a essayé différentes manoeuvres, on a essayé le parcours sous-marin comme tu le vois dans certains des trucs aquatiques que j'ai fait auparavant. et en fait l'un d'entre eux a inspiré James Cameron qui m'a raconté cette scène de course poursuite qu'on a fait sur des rochers et donc on a commencé à... j'ai commencé à les entraîner et juste à faire des mouvements généraux dans l'eau et à les mettre à l'aise de sorte que quand Sigourney m'a dit Kirk, j'ai juste lu le script et j'ai découvert qu'une des  scènes c'est moi...

... et ensuite je disais c'est génial c'est génial de savoir Sigourney donc pratiquons ça et on commençait à pratiquer juste les procédures de comment on le faisait on pratiquait tout un tas de différentes manœuvres et mouvements de corps dans l'eau et ce genre de choses donc mon tout le travail était de leur donner tout un carquois de flèches des outils dans le sac d'outils dans lequel ils pouvaient puiser des composants expérientiels qui avaient été appris.

Mon travail consistait à leur donner un carquois de flèches dans leur sac à outils pour qu'ils puissent s'inspirer des éléments expérimentaux qu'on avait fait auparavant, de sorte que lorsque James Cameron est là et qu'il parle par exemple à Kate Winslet. par exemple à Kate Winslet et qu'il dit "Kate, tu dois commencer à te repérer, tu vas descendre, bla bla bla, bouge ici, bouge là, bouge là, fais ça", alors je peux dire à Kate "ok, tu te souviens des tonneaux sous-marins, comment on poussait, on donnait des coups de pied, puis on roulait et on se tortillait jusqu'à la surface pour s'amuser". ...

C'était ça l'idée parce que quand on a un jour de tournage à cinq millions de dollars, on veut donner à James Cameron les meilleurs outils disponibles pour ses acteurs et pour qu'on puisse voir sa vision prendre vie.

Tu sais avec Sigourney on s'entraînait pendant un an, donc maintenant tu le maintiens parce qu'on tournait des scènes et puis on passait à autre chose pendant un mois ou deux et puis on revenait avec Sigourney pour sa prochaine série de scènes et on devait les répéter, donc souvent on avait une semaine pour préparer la scène et la perfectionner. comment on va la mettre en place, ils construisent les décors, donc vous avez tout le département de prise, une équipe incroyable de gens de prise, Chris Trillo et Jay Pope et tout un tas de gars comme ça qui construisent ces scènes sous l'eau, on a dû les former à la respiration artificielle aussi, parce qu'au milieu d'une scène, vous deviez être capable d'aller changer quelque chose sur le plateau et parfois vous ne vouliez pas de ces bulles résiduelles dans l'eau...

Tout le monde a été formé en fait y compris les caméras de référence qui sont les gars à l'extérieur avec ces caméras qui font juste des images de référence donc je leur ai fait passer une demi-journée sur "voici la plongée libre" "voici une respiration" "voici la sécurité" "voici à quoi ressemblent les blackouts" . Donc c'était un peu tout le processus de comment on a fait pour ne pas avoir à maintenir ces réflexes de plongée et les améliorer et les rendre plus grands et tu sais pendant deux ans et demi de tournage.

Combien de formation par rapport à la sécurité y avait-il ?

Une  partie de notre travail est a formation des individus et ensuite la supervision de la sécurité est la partie secondaire des plus importantes.

Donc au début de la formation on commence par la sécurité, voilà ce qu'est une respiration, voilà à quoi ressemblent un blackout, voilà comment on s'en occupe, éliminons cette préoccupation, ce gros point d'interrogation au fond de leur esprit, alors qu'ils essaient juste de se concentrer sur le jeu d'acteur, de donner de l'émotion et d'apporter leur personnage. et de donner de l'émotion et de donner vie à leur personnage...

Donc oui, beaucoup de choses ont été faites au début et on l'a toujours pratiqué... on a toujours fait des rafraîchissements constants ou je l'ai incorporé dans un truc amusant, on a fait une petite respiration et puis ok, mais quand tu remontes à la surface, tu vas faire semblant de faire ça bien et on... On crée ces scénarios de sauvetage et quand vient le moment du tournage, il faut comprendre ce qui va se passer, par exemple, on peut avoir plusieurs acteurs qui entrent à des moments différents. Je peux entrer avec le premier acteur, je peux entrer avec Sigourney et pendant que les choses se mettent en place et qu'ils répètent les mouvements...

Je suis en train d'échauffer Sigourney, on est dans le caisson profond, on fait des respirations, on s'amuse, on travaille notre mémoire motrice, on joue avec ces outils, ces mouvements, ce genre de choses, et quand on est prêt, on va sur le plateau, on commence à tourner la scène, et ce qui se passe, c'est que James Cameron dit à Sigourney, à Kade, à Zoe, à Trinity, aux enfants... ce genre de choses, et il disait "OK, voilà vos mouvements, voilà l'émotion, voilà ce qu'on veut ressentir", et la question suivante était "Kirk, comment on va faire ça", et je disais "Jim, on va les faire flotter de façon neutre à une profondeur X, parce que c'est là que se passe la plus grande partie de la scène, mais je vais les couper la tête en avant, parce que c'est surtout une scène de natation, donc on a besoin de ce style horizontal...

... mais quand ils vont dans la partie profonde de la cuve je vais les tenir et puis tout le temps je les sécurise et je les accompagne donc je ne suis pas dans une combinaison à pois vous ne me voyez pas je veux dire je suis dans toutes les scènes sous l'eau qui sont là et certaines je double un personnage donc vous me verrez mais  donc quand ils montent je fais la sécurité pour eux ou par exemple on peut faire une couverture de zone je peux les accompagner je peux les démarrer je peux aussi faire un peu d'exercice avec eux.

Je pourrais les accompagner, je pourrais les faire démarrer, je pourrais être avec eux, mais ensuite ils s'éloignent sur le côté et ils pourraient arriver à l'un de nos autres instructeurs comme Katie Klosterman, Mike Avery, alors ils prendraient le relais et s'occuperaient du protocole de surface et s'assureraient qu'ils sont bons et les ramèneraient dans le jeu et ensuite on recommencerait la scène ou pendant que ça se passe, un autre membre de la distribution se prépare et est prêt, alors Katie pourrait les emmener dans leurs échauffements et ensuite on les intègre dans la scène.

Puis on les intègre dans le plan suivant dans les scènes suivantes, mais la sécurité est la priorité et la plus importante, et l'une des choses pour amener la plongée technique en apnée, les gens pensent que c'est juste pour avoir des fonds énormes, parfois il y a un avantage à cela. Il peut y avoir un avantage, ça n'a pas besoin d'être un avantage énorme mais le but premier de l'apnée technique était d'éliminer tout risque d'hypoxie, de le réduire à presque rien. Je ne vais pas dire qu'il n'y a aucun risque d'hypoxie. alors comment on fait ça ?  Alors ce qu'on fait c'est qu'on utilise un mélange nitrox 50 ou 80 et on choisit le mélange en fonction du personnage, de la dynamique de la scène, du taux métabolique, de la quantité de travail qu'il va y avoir dans cette scène, combien de temps on pense que cette scène va durer, certains des trucs qu'on a fait duraient 4 minutes et demi et on ne parle pas de flottaison statique face contre terre, on parle de 4 minutes et demi de course, en s'agitant dans tous les sens !

.... Et donc parfois dans ces scènes on sortait du nitrox 80, parfois on sortait du 50, on avait une partie profonde du réservoir, on devait être conscient des possibilités de toxicité de l'oxygène, c'est pour ça qu'on n'est pas allé jusqu'à 100. C'était une bonne question, pourquoi 50 plutôt que 80 et tout ça, oui oui, et l'autre raison pour laquelle on a utilisé le 50, c'est parce que c'était facile de remplir un 80, de le transformer en 50 et de ne pas utiliser autant d'oxygène.

On a utilisé près de 1500 bouteilles S80 de nitrox 50 ou 80 !

On ne penserait jamais que tout le monde pense qu'il suffit de retenir sa respiration, et le côté technique des choses est énorme, alors les mélanges de gaz et les trucs du genre sont très intéressants.

On peut faire des arrêts respiratoires prolongés donc c'est un avantage et l'autre chose c'est la récupération tu sais une journée courte pour moi c'était 12 heures dans l'eau une longue journée c'était 16 heures !

Un jour Chris Dennison et moi qui étions l'un des principaux cascadeurs sous l'eau on a fait plus de trois heures et demi sous l'eau et c'était sur une journée de 12 heures ! C'est fou pour une journée de 12 heures, et ce n'était pas que de la technique, on n'utilisait pas n'importe comment 50 ou 80 % de l'équipement. on n'a pas commencé à utiliser 50 ou 80 pour cent, on l'a gardé parce que parfois on en faisait tellement qu'il y avait une personne qui se mélangeait à la journée pour essayer de suivre le rythme de ce qu'on faisait parce qu'on a fait plus de 250 000 plongées libres !

Notre plus grande séquence sous l'eau a eu 26 personnes sous l'eau en apnée. C'est beaucoup à suivre aussi quand il s'agit de facteurs de sécurité et tout ouais ouais absolument et c'était la première responsabilité de John Garvin pour James Cameron.

On essayait juste de comprendre si on pouvait faire de la capture de performance sous l'eau, si on pouvait le faire avec deux personnes, si on pouvait le faire avec six personnes, comment on devait ajuster l'éclairage et des choses comme ça, ouais, ouais, et à quel point c'est compliqué d'essayer d'obtenir la photo, je veux dire que vous ne faites pas que de la plongée libre, vous essayez d'être dans le cadre. Tu essaies d'être dans le bon éclairage, c'est compliqué, je veux dire que la capture de performance de L.A. , donc ce que tu as c'est ce réservoir qui est entouré de ces caméras au-dessus et au-dessous de la surface, elles ont une lumière UV et elles captent les réflexions sur les points, donc sous l'eau  qu'est ce qu'on voit dans le réservoir à La on voit un jeu de Lego et de Tinker c'est à dire des blocs et des tuyaux et des trucs comme ça mais quand on regarde sur l'écran plat on voit Pandora sous l'eau la vision de James Cameron de ce à quoi ressemble Pandora... et c'est juste dire que c'est comme le rêve d'un plongeur de voir ça et puis vous savez sles personnages, les acteurs qui nagent avec leurs costumes et vous voyez leur personnages qui nagent. C'est vraiment un processus étonnant de la façon dont tout s'assemble, très bien.

Les gens se demandaient quel était le problème avec la piscine, où sont les piscines, est-ce qu'ils ont fait les piscines ?

Oui, donc la piscine que nous voyons à l'écran et dans le fond, c'était une piscine en Nouvelle-Zélande, donc nous en avons eu une comme ça au début, quand je suis arrivé à LA. On en avait une comme ça, je pense que ce sont des piscines construites spécialement pour l'industrie de la fracturation ou quelque chose comme ça, elles ont un revêtement et on les installe, mais on en a construit une à La, qui est toujours en place, on en avait deux ou on en avait une par an, une à Auckland, une à Wellington, chaque année en Nouvelle-Zélande, mais à LA on avait une piscine construite spécialement pour l'industrie de la fracturation.

Une construction sur mesure de 100 pieds 30 mètres de long 15 mètres 50 pieds de large cinq mètres de profondeur euh 16 pieds de profondeur mais nous avions aussi une partie profonde que nous pouvions atteindre euh 10 mètres 33 pieds de profondeur et ensuite sur le pont nous avions trois ponts qui se levaient et s'abaissaient sur un câble... donc nous pouvions avoir un pont en haut et nous construisions quelque chose pendant que nous tournions sur es deux autres ponts et cette piscine construite sur mesure à LA et la plus grande que nous ayons jamais eue, c'est la piscine de la Nouvelle-Zélande.

On avait deux appareils dans un tube qui pouvait créer du courant pour créer une sorte de piste de course, on pouvait créer ce courant rotatif là-dedans, et on pouvait obtenir tout ce dont on avait besoin, on pouvait faire des échanges, et ils ont dit : "Oui, c'était un vrai tank, c'était un grand réservoir d'action avec beaucoup de pièces mobiles".

Nous avions des créatures sur des jet evaders, vous savez, qui se déplaçaient, je veux dire des dispositifs mécaniques de propulsion sous-marine, vous savez, et ces choses qui explosaient partout, donc un environnement de travail hautement dynamique, intense, sous l'eau à Bruxelles, donc vous pouvez imaginer la quantité de risques que cela impliquait, mais c'est la grande chose que John Garvin a apporté, vous savez, une vue d'ensemble de la sécurité et du protocole. du risque et de la probabilité du risque et quelque part vous arrivez à ce point où c'est inacceptable et donc quelles sont les mesures d'atténuation du risque et c'est la chose pour laquelle John était vraiment bon... donc John supervisait le réservoir l'unité marine et ensuite mon travail était en plus de la formation dans l'eau en plus de la formation des membres de la distribution et de leur personnage quand on était dans l'eau juste s'assurer que tout était sûr mais c'était un travail d'équipe complet de tout le monde.

Vous savez, il y avait un certain nombre de plongeurs cascadeurs avec qui je travaillais, je veux dire qu'on travaillait, on était les mêmes personnes, main dans la main, et on échangeait souvent, donc quand ils ne faisaient pas de cascade, ils s'occupaient de la sécurité, donc ils étaient hautement qualifiés, on avait un certain nombre d'athlètes du Cirque du Soleil qui venaient et travaillaient avec nous et on les formait jusqu'à ce qu'ils soient très compétents en matière de sécurité et aussi très cool.

Combien de pauses physiologiques les gens avaient-ils besoin ?

Il est évident qu'il faut faire une pause quand on est essoufflé et qu'on fait beaucoup de travail. Il y avait beaucoup de temps d'arrêt dû aux besoins physiologiques. Il y a des arrêts réguliers dans le tournage bien qu'en fin de compte on a contrôlé l'intervalle de surface, donc on avait ces écrans plats massifs qui entouraient le réservoir où il y avait un compte à rebours et ce qui se passait, c'est qu'une fois de plus James Cameron disait à Zoe, tu sais, voici ta scène Zoe, voici ce qu'on va faire et ensuite il me demandait comment on allait faire et ensuite j'allais voir Zoe et je lui disais, comment est-ce que...

Trois minutes de son pour une inspiration, on va utiliser du nitrox 50, elle sera parfaite, alors on fera cette scène, mais quand je dirai "OK, démarre l'horloge", ils feront un compte à rebours de trois minutes, et ils continueront, et il y aura quelqu'un sur le haut-parleur, deux minutes, minute 30, une minute, les plongeurs libres de compétition comprendront ce compte à rebours....

... mais pendant le compte à rebours c'est le moment où toute la production commence à démarrer le système, à faire des bruits et des claquements et à se préparer. Alors cinq quatre trois deux un on plonge sous l'eau mais on n'a pas encore commencé l'action alors on plonge sous l'eau on se met en position et James Cameron est comme Kirk en haut et à gauche. parce qu'il se peut que je tienne le membre de l'équipe pour le mettre en position et ça peut prendre 30 secondes juste pour descendre, se mettre en place, être prêt à y aller et puis l'action et on commence la scène et ensuite on remonte ou on fait la scène et ils disent reset et ça veut dire qu'il ne faut pas remonter à la surface pour respirer alors je tire... Je remettais Zoé en place, je la remettais en position, Kirk vers le haut et vers la gauche, et je remettais Zoé en place, si vous aviez ces hydrophones sous-marins, et on recommençait l'action, et on y allait, et parfois, les gymnases sont restés moins de trois minutes, vous savez, oh, oh, coupez, oups, désolé, vous voulez peut-être respirer, donnez une respiration à Zoé.  et à ce moment là on remonte à la surface dès qu'on le peut et on repart à 50.

On respire du nitrox 50 car pour un bon plongeur en apnée, on pourrait repartir en cinq minutes au lieu de 15 si on avait utilisé de l'air ! Donc on pouvait faire trois fois plus de prises de vue que ce dont on aurait eu besoin si c'était des scènes courtes, si c'était juste des scènes de 30 secondes, typiques d'Hollywood, la voiture heurte l'eau, je sors mon équipement et je me noie en 30 secondes, mais c'était... On a eu une fois quatre minutes et demie sous l'eau, pas toute la journée, mais c'était probablement une bonne session de six heures d'enchaînement de quatre minutes et demie de respiration, sympa.

C'était quoi les plus longues apnées qu'ils faisaient, c'était quoi la plus longue rétention d'air sur le plateau ?

En fin de compte, Kate Winslet a été la meilleure :  elle a fait sept minutes et 14 ! Mais la production me précise que l'on n'essaie pas d'établir des records du monde ici !

Tu sais quoi, elle peut travailler avec un taux métabolique élevé, donc on a trois bonnes minutes et on peut le faire avec 50%, donc euh... mais quelqu'un qui sait, comme tu le sais, sept minutes quinze avec 50%, tu crées toujours du CO2, donc tu peux dire, est-ce que le 50% prolonge vraiment ton temps, un peu, oui, euh... ça enlève vraiment le problème d'hypoxie... parce que vous continuez à métaboliser l'oxygène, vous continuez à créer du CO2.

80 % de votre besoin de respirer vous amène au point de rupture, la fin de votre respiration est due à l'absorption du dioxyde de carbone par le sang, car le sang devient acide. elle a fait plus de cinq minutes, je pense qu'on a eu une très bonne session juste pour l'air ouais et c'était à propos de ce qu'on peut faire de l'air en statique alors une fois que j'ai ces chiffres je sais qu'on a des scènes qui vont durer 3 minutes donc je sais qu'on emploie 50 et qu'on travaille activement, on a trois bonnes minutes...

Ça te donne ce point de repère pour savoir où aller !

LA réussite technique d'Avatar va être vraiment incroyable parce qu'il y a des innovations incroyables pour donner vie à tout ça. j'ai vu un film de cinq minutes, une sorte de version rendue du film et ce n'est pas réel, la performance est l'action sous l'eau, la respiration est tout ça, mais quand vous regardez le rendu de Pandora, vous êtes époustouflé, vous le vivez et je pense que l'une des choses les plus cool que James Cameron et John Landau et...  les gens de Disney ont investi beaucoup de temps dans ce film pour donner vie à la réalité d'Avatar et de Pandora, parce que c'est notre réalité, ce n'est pas l'univers Marvel, ce n'est pas Superman Batman où les gens peuvent voler, ça se passe 150 ans dans le futur, la physique réelle du monde dans lequel nous vivons s'applique.

Ils ont vraiment investi une tonne de temps, d'efforts, de propriété intellectuelle et d'argent pour donner vie à ce projet, et ce sera le film d'une génération, le plus grand film de plongée de tous les temps, on n'est pas accrochés à des câbles, des ventilateurs dans les cheveux pour faire croire qu'on est sous l'eau, on était sous l'eau et on retenait notre respiration, et Avatar 2 parle de 60% d'eau et ce n'est pas seulement la Medicaid, la population indigène de Pandora, c'est aussi les humains et la technologie. La vision de James Cameron de ce à quoi ressembleront les technologies de plongée, les ROVs, les sous-marins et tout ça dans 150 ans.

Comment c'était de travailler avec des accessoires et je suppose des équipements de plongée modifiés pour que ça marche bien ?

 

C'est toujours un accessoire à la fois, et ça correspond à la vision de James Cameron, comment c'était, parce que oui, donc certains de ces équipements, par exemple, nous pouvions juste utiliser un jet de plongée, mettre des points dessus et le transformer en un masque de plongée.

Vous voyez Jack Champion avec ce masque qui n'est pas un masque de série, c'est la création de John Garvin. Il a construit ce masque à partir d'un régulateur de base avec une valve de pilotage, dépouillé de tout, puis il a construit la jupe, le cadre, le port et tout le reste. Tout ce qui va avec, et pas seulement comme un mini accessoire, comme un bon modèle fonctionnel, la vision de la chose, vous savez, c'est censé ouvrir le visage, oui, mais la vision que vous avez eue, il a créé cette jupe qui pouvait aller à son fils Ben, vous savez, qui avait sept ans à l'époque, à moi, à Jack, comme si elle pouvait aller à n'importe quel visage, et elle a le style Avatar...

... et donc cette chose est devenue une pièce d'équipement certifiée spécifique à Avatar et c'est tout simplement incroyable de travailler avec elle, et c'était vraiment cool, et puis d'autres choses qu'on modifiait quand on en avait besoin, c'est très très cool !

Voilà à quoi ressemble une journée typique sur le plateau pour vous ouais donc je veux dire dans mes jours les plus chargés où j'étais le plus multitâche arriver à six heures du matin aspirer le plateau vous savez aspirer le réservoir essayer de créer la clarté de l'eau,  préparer le pont, c'est à dire s'assurer que notre oxygène, notre équipement de premiers secours, nos planches dorsales, tout était en place... commencer à préparer les différents éléments dont on pourrait avoir besoin pour les accessoires et faire ça avec...

Par exemple, certaines créatures comme les élus, les ailes d'écureuil et d'autres choses comme ça, c'était Mike Avery. tous les véhicules de propulsion pour sa cascade, Mike Avery est là, c'est le meilleur pilote d'élite au monde...

Puis la journée commençait et tout le rouge du reste de l'équipe commençait, donc le Mourinho et c'est là tôt qu'on se prépare et puis le plateau est  on fait des changements de dernière minute parfois des parties du plateau sont construites Jim peut venir regarder le plateau et dire non... j'ai besoin de ça, ça doit être enlevé et donc on a changé le plateau pendant qu'il partait faire autre chose et finalement euh vous savez on a en quelque sorte le plateau, on l'a fait tourner, on l'a préparé et on l'a envoyé en partie à Jim. à Jim, il donnait le feu vert et les acteurs commençaient à arriver, à se réchauffer dans l'eau et ça commençait à aller bien et on tournait, on tournait, les jours de tournage on ne fait pas de pause, on passe des heures en continu...

Vous vivez juste de Gatorades dilués et de barres protéinées et granola dans l'eau, vous savez le reste de l'équipe, le reste de l'équipe sèche, ils mangent juste quand ils peuvent entre les scènes et vous savez nous sommes juste là pour faire le travail !

Donc oui, 16 heures par jour dans l'eau et ensuite vous savez c'est 21H30. Tu as déjà raté ton vol de retour le vendredi soir donc tu ne rentres pas chez toi ce week-end et pendant que tu démontes le réservoir tu entends l'appel de fin demain c'est à huit heures et tu te dis ok on travaille aussi le samedi mais tu sais tu le fais tu te fais de l'argent mais tu le fais parce que tu tu peux euh contribuer à la vision de James Cameron !

Et pour moi personnellement tu sais euh ce sont des films qui touchent à un certain nombre de sujets vraiment importants que nous vivons dans notre réalité en ce moment... Tu sais la santé des océans et euh tu sais l'équité et l'égalité pour les différents groupes indigènes et euh et donc il y a ces thèmes qui sont vraiment importants et vous savez je peux parler de ces choses aux gens et j'espère faire une différence ou je peux aider quelqu'un comme James Cameron à voir Avatar prendre vie.

Vous savez en fin de compte c'est un peu à ça que ressemblait notre journée et c'est pour ça qu'on le fait et après une journée de 16 heures la dernière chose que vous voulez faire c'est prendre une douche mais vous rentrez à l'hôtel et vous savez vous vous êtes pissé dessus toute la journée dans votre combinaison bien sûr donc la dernière chose que vous voulez faire c'est prendre une douche et vous prenez une douche et ensuite vous commencez à vous préparer à prendre soin de vous avec de l'huile d'arbre à thé comme ça dans les oreilles, entre les orteils et dans tous les autres coins et recoins de ton corps pour t'assurer que les champignons ne poussent pas sur toi parce que tu as passé 80 heures dans l'eau cette semaine là !

C'est beaucoup de temps dans l'eau c'est beaucoup de temps à être mouillé donc tu peux faire ça pendant tu sais 5 ans soit deux ans et demi à temps plein

Avez-vous utilisé des recycleurs ?

Finalement on s'est rendu compte de leur complexité et qu'ils ne fonctionnent pas aussi bien en eau peu profonde..  c'était juste plus facile pour nous de faire l'équivalent de ce qui était nécessaire en apnée et d'être plus rapide et de se déplacer dans l'eau d'un point de vue du suivi de l'action de tournage donc oui les recycleurs auraient été une bonne idée mais en fin de compte la liberté technique et la liberté d'action ont été très importantes pour nous.

Une bonne idée mais en fin de compte la plongée technique en apnée a remplacé la formation à l'apnée et la plongée technique en apnée a fait un travail équivalent et même supérieur à ce que les recycleurs auraient pu faire

Est-ce que PFI propose la formation à la plongée technique utilisée dans le tournage d'Avatar 2 ?

 Nous avons un programme de formation à l'apnée technique, nous avons des normes et des procédures, nous avons des polices d'assurance qui le couvrent, nous avons des certifications, il se décompose en une partie académique, nous apprenons quels sont les avantages, les inconvénients et les dangers, nous partons du principe que ce sont des plongeurs en apnée qui ne sont même pas des plongeurs en scaphandre, nous devons donc leur enseigner l'équipement de plongée, nous devons leur enseigner les risques de la respiration de gaz comprimés sous l'eau, nous devons comprendre que la plongée technique en apnée est une composante de la respiration en surface et non de la respiration sous l'eau parce que nous pouvons avoir des plongeurs qui ne sont pas des plongeurs en scaphandre, et ensuite nous passons à la formation technique en apnée des non plongeurs et ensuite nous passons par une expérience de formation à sec ou en piscine et ensuite nous avons un certain nombre de plongées que nous faisons...

Donc en une journée vous pouvez être certifié en apnée technique.

Le film Nemo a eu un effet massif sur l'industrie de l'aquariophilie, oui, les gens étaient prêts à acheter des aquariums, et nous avons vu d'autres films qui ont créé cette envie de faire certaines choses, je suis sûr qu'avec Top Gun, tout le monde veut être pilote de chasse, on peut supposer que quelque chose comme ça va se produire ici, alors qu'en pensez-vous, où pensez-vous que les choses vont aller, et bien, vous avez tout à fait raison, Jason Avatar 2 et les films qui suivent tous les deux ans, qui ont de l'eau. et les films qui suivent tous les deux ans et qui ont des composantes aquatiques, quand j'y arriverai, c'est mon prochain film, ne me volez pas la vedette, d'accord, c'est juste, il a, euh, Avatar 2, à mon avis, apportera la troisième renaissance de la plongée, ce sera le troisième tour, le premier était dans Jacques Cousteau et ce genre de choses et ensuite dans les années 80 et 90 nous avons eu la couleur et les innovations et l'équipement et la taille des femmes et les combinaisons de plongée pour femmes et des choses comme ça et je pense que ce qu'Avatar fera et récemment dans la plongée et ensuite nous avons l'apnée qui est devenue une chose énorme et la plongée technique qui est en train de mûrir pour devenir une composante excitante, ce que nous avons avec Avatar sera une nouvelle prise de conscience des océans et des gens qui veulent s'engager dans la plongée et être dans l'eau...

Vous aurez des enfants qui iront à Walmart pour acheter leur masque, leurs palmes et leur tuba Medicaid, je préférerais qu'ils aillent dans leur magasin de plongée local et qu'ils achètent les palmes exclusives Medicaid, et donc oui, nous avons cette l'opportunité pour la plongée et l'eau d'être la chose la plus importante et tous les deux ans, elle est titillée par la prochaine, alors j'espère qu'en tant qu'industrie, nous regarderons vraiment l'opportunité que James Cameron nous offre pour vraiment nourrir ce qui devrait être d'abord une compréhension et un soin à long terme de l'écosystème de l'eau, une compréhension et une attention à long terme pour les océans et l'environnement.

Je veux dire, j'espère que c'est l'huile sur le feu qui nous fera vraiment regarder les pressions significatives de la perte de diversité, du plastique, de la pollution, de la surpêche, vous savez, c'est la tragédie des biens communs en ce moment et j'espère que nous commencerons à regarder les océans de cette façon parce que c'est l'élément vital de notre planète.

Vous savez, 70% de la population mondiale tire sa principale source de protéines de l'océan. Une respiration sur deux que vous prenez, vous la devez aux 15 pieds et 5 mètres supérieurs de l'océan. Et pourtant la tragédie des biens communs nous dit que nous voulons avoir le mien avant que quelqu'un d'autre n'ait le sien et que nous sommes en train de le violer et de le piller au lieu de le récolter et d'en être un bon intendant.

C'est ce que j'espère qu'Avatar fera pour nous, il sensibilisera les gens tout en nous offrant cette opportunité au sein de l'industrie de la plongée récréative, technique et en apnée, de vraiment profiter de ses avantages.

Je pense que l'une des questions qui va se poser et à laquelle nous pouvons répondre maintenant, c'est qu'est-ce qu'il faut faire pour commencer l'apnée, parce que les plongeurs qui regardent les plongeurs vont vouloir savoir comment commencer l'apnée, et les gens qui n'ont pas d'expérience dans l'eau pour leur première plongée sous-marine

Les spectateurs vont vouloir savoir comment commencer l'apnée et les gens qui n'ont pas d'expérience dans l'eau pour leur première plongée en passant par cette voie vont aller dans le domaine de l'apnée et il y a moins de barrière à l'entrée avec l'apnée donc qu'est ce qu'il faut pour vraiment commencer oui je veux dire absolument je veux dire l'apnée c'est comme le snorkeling donc ça commence en quelque sorte avec le snorkeling.

Vous savez, un simple masque, des palmes et un tuba, en profitant des cinq premiers mètres, en surfant, en nageant avec un masque, des palmes et un tuba, en gardant constamment un oeil et un regard sur ce qu'il y a, euh, ce qu'il y a en bas, et en sachant comment le faire de manière efficace, en s'amusant, et surtout en étant en sécurité, c'est la clé, et ensuite, vous pouvez passer à des cours de plongée libre vraiment ciblés sur l'augmentation de votre conscience et de votre sécurité, en apprenant comment respirer correctement, juste pour la journée...

Vous avez une grande capacité respiratoire dans la première année de votre vie, puis nous commençons à prendre de mauvaises habitudes respiratoires, donc il suffit de réapprendre à respirer et c'est quelque chose que je fais depuis plus de 20 ans en promouvant l'idée d'apprendre à respirer.  la liberté pour devenir meilleur en respiration et obtenir tous ces avantages que vous savez qu'elle offre.

Ce que les gens doivent réaliser c'est que l'apnée c'est plus que juste "oh je retiens ma respiration et je descends" il y a beaucoup d'implications de sécurité avec ça et quand vous savez comment travailler dans une équipe de copains comment employer la supervision directe comment respirer correctement toutes ces choses c'est là que la sécurité entre en jeu, le plaisir de la plongée entre en jeu, la technique et tout ça, donc tu sais, prendre un simple cours de deux à quatre jours, c'est très amusant..

Si tu es déjà un plongeur en apnée ou si ou si vous avez déjà fait un peu de plongée en apnée mais que vous n'avez jamais pris de cours, alors je vous dirais d'opter pour le programme intermédiaire et de finir par faire des plongées de 40 à 130 pieds ou au moins de 25 mètres à 80 pieds.

Le jour où vous apprenez à faire un maximum d'environ 20 mètres et 70 pieds, mais vous essayez vraiment de vous amuser, et au moins être capable de faire 10 mètres et 33 pieds, ce qui est assez simple et direct dans un programme de deux jours.

Dans un programme de deux jours on apprend simplement plus que toucher le fond et plutôt aller là-bas à 10 mètres traîner là pendant une minute prendre des photos...

il y a beaucoup de voies différentes et les exigences d'entrée sont un peu moins élevées que pour les cours de plongée sous-marine

Je veux vous remercier Kirk d'être venu à bord et de nous avoir parlé de votre participation à Avatar 2 et de la performance de l'apnée internationale. Y a-t-il des dernières choses que vous voulez dire ou des histoires que nous n'avons pas abordées et sur lesquelles j'ai manqué de poser des questions ?

Je sais que localement, ici à Campbell River, le 16 à 20h30, la communauté des plongeurs sera présente et nous allons envahir le théâtre. Je vous mets au défi de dire à tout le monde que le 16 à 20h30, quel que soit votre fuseau horaire, c'est le moment où tous les plongeurs devraient se réunir, réserver leurs billets maintenant et aller voir Avatar et en faire une affaire, en faire une fête, s'amuser Répandez la bonne parole et amenez des amis non plongeurs avec vous pour qu'ils puissent voir Avatar. Et rappelez-vous qu'il y a deux choses ici : il y a le message derrière Avatar et nous avons une responsabilité envers les océans, et c'est une grande responsabilité, et l'autre aspect est que les professionnels de la plongée doivent prendre ce qui sera un cadeau incroyable pour nous et l'entretenir pour la santé à long terme de notre industrie ainsi que pour la santé à long terme de nos océans."

Commencer un cours d'apnée avec PFI et Aquadomia !

Kik krak

Kik krak

Qui est KIRK KRAK ?

Depuis plus de deux décennies, Kirk Krack a développé des programmes d'éducation et de certification avec un seul objectif. Il s'agit d'améliorer la sécurité en apnée. Par son leadership et sa participation à divers projets, Kirk a contribué à l'avancement de l'étude scientifique des effets hypoxiques sur le corps humain et à la conservation de nos océans et de ses créatures. En 2016, en reconnaissance de ses contributions soutenues et précieuses, il a été nommé plongeur de l'année par le Diver's Alert Network (DAN)/Rolex.

Kirk a toujours eu une affinité avec l'eau. Il a obtenu son brevet de plongée à 15 ans et, quatre ans plus tard, il possédait et exploitait la première de plusieurs boutiques de plongée dans le monde. À l'âge de 20 ans, Kirk avait franchi les rangs des instructeurs de plongée récréative et était devenu un passionné de plongée technique, progressant jusqu'au niveau de formateur d'instructeurs.

Alors qu'il enseignait la plongée technique dans son magasin de plongée à Grand Cayman (et qu'il plongeait plus profondément avec des bouteilles que tous les humains de la planète, sauf une poignée), Kirk s'est passionné pour l'apnée. Les connaissances de Kirk en matière de physique et de physiologie de l'eau ont été affinées au cours de sa carrière de plongeur autonome et de plongeur technique. Désireux de se mettre à l'épreuve et d'explorer le potentiel humain, Kirk a formé des athlètes à l'apnée de compétition. À l'époque, l'apnée était surtout connue en Europe méditerranéenne.

Kirk a formé sept athlètes à 23 records du monde et des dizaines d'autres à des centaines de records nationaux. La femme de Kirk, Mandy-Rae Krack, est la principale d'entre eux. Kirk a entraîné et coaché Mandy-Rae qui a établi sept records du monde et 13 records canadiens. Ne se reposant jamais sur ses succès, Kirk a continué à distiller les connaissances qu'il a acquises en testant des techniques, en affinant le processus et en améliorant ses méthodes.

En janvier 2000, Kirk a créé Performance Freediving International (PFI) pour créer et mettre en œuvre des normes de sécurité et de formation en matière d'apnée. PFI est la deuxième plus ancienne agence de formation et de certification en apnée au monde. C'est le plus ancien de l'hémisphère occidental.

Grâce à ses plus de 100 instructeurs hautement qualifiés et rigoureusement qualifiés et assurés, le PFI a formé et certifié plus de 10 000 apnéistes. Grâce à l'accent mis par PFI sur la sécurité et la prévention et la gestion des problèmes, ces cours ont sauvé d'innombrables vies et contribué à former des générations de plongeurs qui respectent et protègent nos océans. Sous la direction de Kirk, les instructeurs de PFI ont proposé des cours de niveau récréatif et professionnel allant de Snorkeler à Advanced Instructor Trainer sur des sites dans le monde entier.

Kirk a utilisé l'ensemble des connaissances qu'il a acquises pendant plus de deux décennies d'enseignement et de formation des apnéistes pour développer des programmes de formation spécialisés. Ceux-ci permettent aux athlètes et à d'autres groupes spécifiques de bénéficier des avantages de l'entraînement en apnée.

Kirk a développé le premier cours de survie en apnée en surf (BHSS). Il forme les meilleurs surfeurs de grandes vagues du monde à survivre à de violents "hold downs". Ceux-ci se produisent lorsque les surfeurs sont piégés pendant de longues périodes sous l'eau, sous des vagues montagneuses.

Des sponsors de premier plan comme Oakley et Red Bull envoient leurs athlètes dans le programme BHSS de Kirk. Il a entraîné des athlètes de classe mondiale allant des skieurs alpins olympiques aux coureurs de motocross en passant par les coureurs d'endurance.

Grâce à l'entraînement de Kirk, ces athlètes ne réalisent pas seulement des avantages et des adaptations physiologiques distincts, mais ils développent également la force mentale et la concentration. Cela leur permet de résister à l'inconfort intense provoqué par des minutes d'activité effectuées sans respirer.

Le succès du programme BHSS de Kirk a conduit à développer d'autres programmes pour les professionnels. En particulier pour ceux qui doivent travailler sous une contrainte extrême en ne comptant que sur une seule respiration.

Kirk a développé le programme Breath-Hold Special Operations (BHSO) de PFI pour former les membres des équipes d'opérations spéciales de l'armée d'élite. Ce programme se concentre sur les techniques et la force mentale nécessaires pour résister pendant plusieurs minutes sous l'eau avec une seule respiration. Ceci alors que le corps est dans un état de métabolisme élevé et de détresse.

Cette formation est d'une valeur inestimable pour le personnel civil et militaire tel que :

les équipes de sauvetage en eaux vives
les équipes de recherche et de sauvetage
Opérateurs des forces spéciales militaires
Il s'agit de personnes pour lesquelles remonter à la surface pour respirer n'est pas toujours possible. Aujourd'hui, Kirk développe des programmes pour les opérateurs des forces spéciales des armées de trois nations : les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne.

En 2016, Kirk et ses instructeurs PFI ont développé le tout premier cours de formation à la plongée en apnée pour les personnes handicapées. La même année, Kirk a développé des protocoles de sécurité pour la plongée en apnée technique. Cela implique l'utilisation de gaz mélangés pour prolonger l'apnée, réduire la fatigue et accélérer la récupération.

En janvier 2017, Kirk a mené la toute première expédition d'apnée pour explorer les épaves coulées de la Seconde Guerre mondiale dans le lagon de Truk, en Micronésie. Cette expédition combinait l'apnée technique avec des véhicules de propulsion de plongée sous-marine (DPV) pour réaliser des plongées en apnée de plus de six minutes.

Pendant plus de dix ans, Kirk a organisé une compétition internationale de plongée en apnée, connue sous le nom de Deja Blue, dans les îles Caïmans. Kirk a été le premier à développer et à utiliser de multiples systèmes de sécurité redondants, notamment

Contrepoids
Plongeurs en recycleur en eaux profondes
des apnéistes de sécurité hautement qualifiés en apnée
DPVs
Cela permet de garantir les conditions les plus sûres possibles pour les athlètes, dont beaucoup ont établi des records mondiaux et nationaux à Deja Blue. La richesse unique de l'expérience de Kirk et son talent d'enseignant ont fait que ses services sont très recherchés par ceux qui veulent et ont besoin du meilleur. Parmi les personnes que Kirk a formées figurent
Tom Cruise et Rebecca Ferguson pour leurs rôles sous-marins dans le film à succès Mission : Impossible-Rogue Nation

Margot Robbie et sa doublure pour leurs rôles sous l'eau dans Suicide Squad (dans lequel Kirk a également servi de doublure à l'écran pour Batman).
David Blaine, artiste d'endurance et illusionniste, pour ses tentatives de record du monde d'apnée en direct sur l'Oprah Winfrey Show (il a survécu pendant plus de 17 minutes avec une seule bouffée d'air enrichi en oxygène).
Tiger Woods, Lindsey Vonn et Woody Harrelson.
Plus récemment, il a travaillé avec des acteurs sur le plateau du prochain Avatar 2 de James Cameron, la suite du film épique Avatar. L'expertise de Kirk a également été sollicitée par des organisations très réputées pour les aider dans leurs missions spécialisées liées à la sécurité de la plongée, aux études scientifiques et à l'enseignement de l'apnée. Kirk est membre du comité consultatif de Divewise.org et a participé au développement du gilet de sauvetage pour plongeurs en apnée d'Oceanic Safety System. Diver's Alert Network (DAN), la plus grande organisation de sécurité en matière de plongée au monde, et la National Association of Underwater Instructors (NAUI), la plus grande association de plongée à but non lucratif au monde, ont toutes deux formé des alliances éducatives avec PFI pour permettre à leurs membres d'accéder aux connaissances et à l'expertise de Kirk. Kirk a donné des conférences à des groupes du monde entier, notamment à l'American Academy of Underwater Sciences (AAUS), à l'Oceanic Preservation Society (OPS) et à l'Undersea & Hyperbaric Medical Society (UHMS), sur des sujets liés à l'apnée, à la sécurité en apnée et à la formation à l'apnée. Les capacités d'apnée de Kirk et Mandy-Rae (plus de sept minutes chacun) les ont rendus particulièrement qualifiés pour divers projets dans l'industrie cinématographique. Ils ont été vidéastes sous-marins et acteurs du film The Cove, qui a remporté l'Oscar du meilleur documentaire en 2010. Kirk a servi de vidéaste principal et de plongeur à l'écran dans de nombreux autres films et projets, notamment :
Racing Extinction (2015) de l'Oceanic Preservation Society.
Whale Fantasia de GoPro (2013)
Defending the Vandenberg de PFI (2011)
Wreckage de Waterborn et d'autres courts métrages à partir de 2014.
Kirk a consacré sa vie professionnelle à l'amélioration de la sécurité, à l'avancement des connaissances et à la prolifération de l'éducation dans le sport et les loisirs de l'apnée. Il est un pionnier dans son domaine et ses qualifications exceptionnelles parlent d'elles-mêmes :
Certification de plongée en eau libre depuis 1984
Instructeur PADI Master professional scuba depuis 1988
Certifications Nitrox et techniques depuis 1992
Il a fondé et exploité le deuxième centre de l'International Association of Nitrox and Technical Diving (IANTD) au Canada en 1993.
Nommé directeur de IANTD Canada en 1994.
Fondateur et exploitant de Dive Tech, le premier centre de plongée technique des îles Caïmans, qui a ouvert à la fin des années 90
Certifié formateur d'instructeurs Trimix IANTD/TDI en 1997
Entraîneur certifié IANTD/TDI Rebreather Instructor Trainer
15 plongées en mélange gazeux à des profondeurs supérieures à 150 m/500 ft

A enregistré plus de 1 800 plongées sous-marines.
Directeur de la sécurité lors de l'événement sans limites "Cayman Challenge" du légendaire apnéiste Pipin Ferreras en 1997, qui impliquait la sécurité en profondeur et des vidéastes à 120 m/400 ft.
A entraîné et coaché Tanya Streeter et Brett LeMaster qui ont établi un record national et un record mondial entre 1997 et 1999.
Il a fondé Performance Freediving International en janvier 2000 pour développer la sécurité et l'éducation standardisée dans ce sport.
En 2000, Kirk a formé Mandy-Rae Cruickshank et Martin Stepanek. Ils ont fini par détenir 16 records du monde à eux deux. Kirk a formé sept athlètes à 23 records du monde et des dizaines d'autres à des centaines de records nationaux dans toutes les disciplines du sport. Les autres réalisations de Kirk comprennent :
Fondateur et président de l'Association canadienne d'apnée et de plongée en apnée (ACAP). En tant que capitaine de l'équipe canadienne de l'ACAF, Kirk a entraîné et géré l'équipe féminine qui a obtenu deux premières places et trois troisièmes places aux championnats mondiaux de l'AIDA (Association internationale pour le développement de l'apnée) en Espagne, en France, à Chypre, à Hawaï, en Égypte et au Canada.
Membre fondateur de la United States Apnea Association (aujourd'hui United States Freediving Association) pour laquelle Kirk a organisé des compétitions régionales et nationales.
Organisateur principal des 4e championnats du monde individuels d'apnée de l'AIDA à Vancouver, au Canada, en 2004. Kirk a été le premier à utiliser, pour la première fois, des caméras en direct du fond à la surface avec des communications sous-marines pour les spectateurs présents.
Membre du conseil exécutif d'AIDA International, il a été vice-président pour les Amériques de 2002 à 2005.
Juge international de l'AIDA, qualifié pour juger les tentatives de record national et mondial sanctionnées par l'AIDA.
Formateur AIDA de niveau A et formateur cinq étoiles.
Kirk a contribué à l'élaboration des premiers protocoles de formation des juges de l'AIDA et de l'ACAF, ainsi que des premiers protocoles de sécurité de l'AIDA pour les compétitions et les records. Il est à l'origine du projet de recherche avancé sur l'apnée de l'Université Simon Fraser, en collaboration avec le Dr Andrew Blaber, à Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada, qui a étudié les étonnantes adaptations physiologiques obtenues par des personnes pratiquant des exercices de respiration et d'étirement spécifiques à l'apnée sur une période de 12 semaines. L'étude a été menée chaque année pendant quatre ans à partir de 2004. Kirk continue de travailler avec les chercheurs et les médecins les plus respectés au monde dans le domaine de l'apnée sur divers aspects de la sécurité de la plongée en apnée, notamment les accidents de décompression, les barotraumatismes pulmonaires, la physiologie du black-out et les preuves statistiques concernant les blackouts et les accidents mortels en apnée. Parmi ses réalisations, citons
Obtention de la première assurance responsabilité professionnelle pour un organisme de formation et de certification spécifique à l'apnée en Amérique du Nord.
Comité consultatif de l'organisation.
Conseiller technique auprès d'Oceanic Safety System pour le développement de leur gilet de sauvetage pour apnéistes.
Président et fondateur de Formula Three Freediving (F3F).

Tag(s) : #Apnée
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :