Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Vincent Défossez

www.aquadomia.com

Ayant eu le plaisir de plonger avec un requin baleine et quarante raies manta lors d'une croisière aux Maldives le 1er janvier 1999, j'ai toujours eu envie de renouveler l'expérience.

temple Tirta

Il faut dire que les Maldives en croisière (à mon avis la seule façon de profiter pleinement de l'expérience, les îles hôtels étant plutôt ennuyantes à part en voyage de noce avec la personne de ses rêves) c'est la quasi garantie de voir du gros !

Quasiment toutes les plongées se font à la dérive dans les passes. L'enjeu est de rester en profondeur dans la zone des quarante au niveau de la "lèvre" de la passe où le courant est moins fort pour y croiser les pélagiques, notamment les requins... Puis on remonte doucement et c'est parti pour une cavalcade à un train d'enfer avec un courant contre lequel rien ne sert de lutter. Un bateau accompagnateur - le Dhoni - vous suit fort heureusement pour assurer votre sécurité et vous récupérer en fin de plongée.

Aquadomia organise une croisière avec son partenaire Blue Lagoon fin 2011 / début 2012... ne ratez pas cette occasion ! En attendant voici quelques infos reprises en grande partie de notre site partenaire voyage-plongee.com

Carte des Maldives

carte maldives

Info pratique sur les Maldives

Capitale : Male
Nature du régime : République
Durée de vol entre Paris et Male :4h en hiver et 3h en été
    

Quand partir au Maldives

Habituellement chaud et humide, le soleil brille toute l'année. Les températures moyennes oscillent autour de 30°C et la température de l’eau ne descend pas en dessous de 27°C. De mi-mai à septembre c’est la mousson, la pluie tombe en rafale mais pendant de courtes périodes. Une deuxième mousson moins violente arrive vers le mois d’octobre
L'époque la plus favorable au tourisme se situe entre novembre et mars.

Vaccins

Aucun vaccins n'est nécessaire.
Assurez-vous d'avoir vos vaccinations courantes à jour.

Descriptif des Maldives

Le soleil, le sable et la mer, un millier d'îles à la « Robinson Crusoë », des lagons géants de diverses profondeurs et offrant une infinité de teintes bleues et turquoises, des jardins de coraux sous-marins éblouissants; un environnement naturel parfait pour des vacances tropicales idéales.
Les maldives se sont 1,190 îles de coraux formant un archipel de 26 atolls qui s'étend sur 820 kilomètres du nord au sud et sur 120 kilomètres de l'est vers l'ouest. 202 sont inhabitées et 87 sont des îles touristiques exclusives. 

ET voici l'un des récits sur l'un des nombreux spots des Maldive issu du blog un monde ailleurs de Marie-Ange Ostré :

"Kakka Thila est en réalité un site à explorer plusieurs fois. Dès notre descente dans le bleu, avec une visibilité moyenne mais normale en cette saison de début des pluies, nous approchons le thila, cette mini montagne sous la mer surplombée d’un plateau récifal au-dessus duquel la faune virevolte. Dix mètres, quinze mètres, vingt mètres, et fonce sur nous une raie aigle de belle taille ! Elle remonte des profondeurs à une allure telle que je pense un instant à une torpille prête à nous percuter, mais dix mètres avant l’impact elle prend soudain conscience de notre présence incongrue et vire brutalement sur bâbord avant de disparaître dans le bleu !

Nous nous regardons tous les trois, désireux de savoir si les autres ont bien vu cette apparition, et avec un sourire nous filons plus bas, jusqu’au pied du thila.

Nous allons en faire le tour à vitesse réduite, prenant le temps de fouiller la roche, les anfractuosités. Ici des bancs de balistes bleus en rang serré, là des lutjans dormant dans le courant léger qui nous fait progresser sans effort, sans palmage. Voulons-nous vérifier le comportement d’une petite murène à museau vert ? Nous nous arrimons d’un doigt à une roche et partageons notre plaisir ensemble. Un poisson-ballon avec ses gros yeux surpris et son sourire naïf ? Des poissons-clowns se dissimulant frileusement au coeur d’anémones à jupe rose thyrien ? Un stop de quelques minutes pour prendre une photo, pour capturer l’instant.

Il ne fait pourtant pas froid : si Thomas est habillé en surfer, ma compagne et moi sommes en combinaison néoprène 3mm dans une eau à 29° en surface, 27° à -30 mètres. Pas de quoi attraper froid ! La semaine dernière alors qu’un ouragan passait au-dessus de Sri Lanka à 50 minutes d’avion des Maldives, la température de l’eau était montée à 32° en surface, 30° au fond. Les coraux de surface ont commencé à blanchir, mais la température est descendue grâce aux pluies intenses. Le blanchiment s’est arrêté.

Nous allons traîner un bon moment entre – 25 et – 30 mètres, fouillant les crevasses habitées par des hordes de poissons de verre, observant requins-nourrices et pastenagues d’une taille à concurrencer « mes » mantas d’hier. Plus loin ce sont des alcyonnaires qui retiennent mon attention, je trouve les nudibranches et j’évite le poisson-scorpion (quel fourbe celui-là ! il a failli m’avoir !). Dans le bleu, à droite, nous croisons carangues, balistes titans, bancs de fusiliers, gros poissons-perroquets. Plus loin c’est une classe de plataxs qui va nous distraire un moment. Comme d’habitude ces placides sont curieux, et au moindre geste de notre part, ils approchent, tournent autour de nous, et nous accompagnent pour un bout de chemin avec leur gentil sourire et leur calme apparent.

Sous nos pieds, poissons-anges empereurs, royaux, jaunes à taches,…

Des crevettes stenopus agitent leurs antennes dans une danse qu’elles veulent sans doute offensive, ailleurs c’est un banc de poissons licornes qui nous fera patienter un moment.

Petit à petit nous remontons lentement vers la surface. Avec mes deux plongées successives d’hier, et cette « profonde » de 30 mètres aujourd’hui mon ordinateur affiche un palier indispensable. Une bonne excuse pour traîner un peu sur le récif et jouer avec les poissons-clowns, les demoiselles, les anthias qui offrent un feu d’artifice de couleurs. Ce petit monde pétille, crépite, explose !

C’est pourtant un énorme banc de poissons-cochers qui nous éblouit en fin de plongée. Stationnés là, dans le bleu le long du tombant, ils dansent au gré du courant, projetant leur pyjama rayé de jaune orange et noir en un ballet sans fin sous les yeux impassibles de leurs congénères blasés. Les poissons perroquets croquent le corail à grand bruit et les coris jouent avec des girelles aux lèvres botoxées…

Quand après 55 minutes d’immersion nous crevons la surface, et rions de la pluie qui s’abat sur nos têtes ! Pendant que le dhoni s’approche, nous comparons nos impressions avec force exclamations et ravissements. Une plongée en petit comité, mais une belle plongée. A refaire."

 

Pour partir, je vous suggère vivement de passer votre formation plongée sous-marine de niveau 3 afin de profiter pleinement de cette destination mythique et magique !

www.aquadomia.com

Commenter cet article