Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Vincent Défossez

Débuter la plongée pour devenir scaphandrier ou moniteur de plongée

Billet de 500 euros

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée, croiser de belles créatures sous-marines tous les jours et être bronzé 365 jours par an en vivant en harmonie avec soi-même et l’environnement… un rêve pour tous et particulièrement pour celui qui se sent mal dans son job dans sa grisaille et qui a soif d’aventures… Mais débuter la plongée pour devenir scaphandrier ou moniteur de plongée est-il si facile et réalisable et est-ce vraiment s’engager dans une vie rêvée ?

Vous pouvez tout à fait débuter la plongée sous-marine pour devenir scaphandrier ou moniteur de plongée, mais avant de s’engager sur cette voie il vaut mieux être bien conscient des particularités de ces métiers sous-marins de professionnel de la plongée.

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée : un métier en extérieur

Tout d’abord il faut savoir que les métiers de plongeur professionnel, que ce soit comme moniteur de plongée ou scaphandrier, ont un point commun : ils s’exercent tous les deux dans l’eau et en extérieur. Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée n’est pas pour autant comparable à un bon bain de mer en été ou à une séance de thalassothérapie ou à la réalisation d’une mission sous-marine d’un jeu pour Playstation ou Iphone… Un scaphandrier ou un moniteur de plongée travaillent dehors, dans un milieu humide en permanence et les conditions de travail en plein air ou en pleine eau sont bien différentes du confort offert par une séance de thalassothérapie un bureau chauffé ou climatisé ou un canapé devant un bel écran plat !

 

 

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée : avoir une bonne condition physique et médicale

Pour envisager de débuter la plongée pour devenir moniteur de plongée ou scaphandrier il faut avoir une bonne condition physique. Résister aux intempéries et aux changements de température ne s’improvise pas, il vous faut avoir de bonnes capacités de résistance et être habitué aux conditions extérieures. Ensuite il s’agit de ne pas avoir de contre-indications à la plongée. Un futur scaphandrier ou moniteur de plongée ne doit pas avoir de quelconque problème respiratoire, ORL, cardiaque, articulaire ou de douleurs dorsales… ou alors c’est la porte ouverte à l’accident grave et l’arrêt de l’activité !

Inutile de masquer au médecin vous examinant votre asthme, vos sinusites ou toute autre fragilité qui finirait par se traduire au mieux par la déception de devoir retrouver une autre voie de reconversion et au pire par un accident tragique.

Devenir scaphandrier : un métier de manœuvre, d’ouvrier spécialisé sous-marin

Si vous souhaitez débuter la plongée pour devenir scaphandrier, ne vous imaginez pas contempler coquillages, crustacés et autres créatures sous-marines à longueur de journée ! Mis à part les rares missions de recensement de faune ou de fouilles archéologiques (pour lesquelles une simple qualification de plongeur professionnel ou scaphandrier classe 1 ou 2 mention B peut être obtenue par équivalence depuis le niveau 4 guide de palanquée de plongeur loisirs), le scaphandrier plonge plutôt en eau trouble dans l’univers des plateformes pétrolières, des ports, des égouts, des barrages, des canaux, des bassins de refroidissement des centrales nucléaires pour assembler, visser, souder.

Devenir moniteur de plongée : un métier de pédagogue à la portée et au service des autres

Si vous souhaitez débuter la plongée pour devenir moniteur de plongée, vous devez savoir qu’au-delà d’aimer l’univers sous-marin et la plongée sous-marine, vous devrez enseigner. Devenir moniteur de plongée et enseigner, c’est connaître sur le bout des doigts sa matière tant sur le plan de la physique, de la physiologie et du matériel, c’est être un modèle en plongée sous-marine et bien sûr c’est être capable de transmettre ces connaissances aux autres. Le meilleur moniteur de plongée est celui qui réussit à ne pas perdre patience devant les réticences d’un aquaphobe qui veut faire son baptême. Un moniteur de plongée sait s’exprimer clairement en public et comme tout enseignant doit maîtriser un minimum l’écriture et l’orthographe.

Pour devenir moniteur de plongée, vous devez aimer transmettre aux autres vos connaissances et compétences, et don vous mettre à la portée des personnes qui peuvent rencontrer des difficultés.

Si vous n’avez pas envie d’enseigner, inutile de vous lancer dans cette voie.

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée : commencer par les niveaux 1 2 3 de plongée

Pour la formation de moniteur de plongée ou de scaphandrier il vous faudra de toute façon commencer par les niveaux 1 2 et 3 qui vous permettront progressivement de plonger en autonomie avec des personnes de même niveau jusque 60 mètres. Cette formation peut se faire en un minimum de 4 à 6 semaines en fonction de vos aptitudes.

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée : mieux vaut être niveau 4

Pour réussir les tests de sélection des écoles françaises de monitorat de plongée ou de scaphandrier, mieux vaut passer le niveau 4 qui vous permet d’être guide de palanquée et d’emmener des plongeurs, en ayant de très bonnes connaissances techniques. Pour cela comptez 2 à 6 semaines après le niveau 3 en fonction de vos expériences et compétences.

Pour la formation française, celle de scaphandrier se fait dans des organismes comme l’INPP à Marseille sur 2 mois, celle de moniteur de plongée DEJEPS se fait sur 10 mois en CREPS, principalement à Antibes et Montpellier. Le budget de l’une ou l’autre de ces formations est aux alentours de 10 000 euros. A la fin de ces formations, vous serez apte à travailler.

 

 

Devenir scaphandrier ou moniteur de plongée : trouver un emploi

Pour un scaphandrier, trouver un travail n’est pas difficile. Souvent des missions de quelques semaines à l’étranger pour le pétrole, pour des salaires apparemment important car échappant aux charges françaises. Plus rarement des emplois en France pour les ports, les canaux, les égouts, les barrages, les centrales nucléaires.

Pour un moniteur de plongée, facile de trouver un boulot l’été mais plus difficile en hiver. Les salaires sont de l’ordre de 1500 à 2000 euros par mois.

Devenir moniteur de plongée à l’étranger : plus rapide et facile

Pour trouver un emploi à l’année, il peut être plus simple de s’exiler sous les tropiques. Pour ce choix c’est plus simple : il vous suffit après votre niveau 3 de passer un Dive Master (guide de plongée professionnel) en quelques semaines. Mais mieux vaut être Instructeur de plongée OWSI (Open Water Scuba Instructor) pour pouvoir enseigner et trouver facilement un emploi. Cette formation se fait elle aussi en quelques semaines. Concrètement en débutant aujourd’hui vous pourre être instructeur OWSI dans 6 mois en consacrant la moitié du temps à votre formation, c’est-à-dire 3 mois de formation à temps complet…. Pas mal non ? En plus après deux ans d’exercice professionnel justifié à l’étranger vous pouvez demander le droit d’exercer en France aux mêmes conditions.

De toutes façons quel que soit votre choix il vous faut débuter par les formations aux niveaux 1 2 3… avec Aquadomia à Marseille vous pourrez peut-être y arriver en 4 semaines (minimum) !

www.aquadomia.com

Commenter cet article