Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog



Il y a des rencontres qui creent des opportunites : croise sur le stand de mon partenaire Mares au salon de la plongee, Pascal Chauviere, connaissance de longue date migrant régulièrement de l’Est de la France sur les bateaux de plongee marseillais, Instructeur national specialise plongee pour handicapes et expert en recycleur ayant participe a la creation des contenus de formation FFESSM, m annonce qu il pourrait sur ma demande m integrer a un stage sur recycleur circuit ferme Inspiration qu il orchestre avec son club en Mer Rouge. Moi qui revait de devenir utilisateur puis formateur sur cette machine je n hesite pas une seconde et m organise pour suivre cette formation recycleur circuit ferme sur le modele Inspiration tant attendue !

 

Precision pour les neophytes qui ne connaissent pas le recycleur : la plongee traditionnelle s effectue avec un circuit dit ouvert avec lequel tout ce qui est expire est perdu ce qui represente un sacre gachis puisque nous expirons encore 16% d oxygene ! Le principe du recycleur est donc de reutiliser cet air en le debarassant de son CO2 grace a un passage dans de la chaux et en y ajoutant un peu d oxygene au fur et a mesure que nous le consommons ou metabolisons.

Ensuite deux grandes familles de recycleur existent : les semi fermes qui fonctionnent avec une injection constante de nitrox censee couvrir largement notre metabolisme en O2, ce qui suppose des expulsions regulieres de gaz et donc quelques bulles comme sur l UBS40 du fabricant italien OMG sur lequel Aquadomia vous propose deja ses formations. La deuxieme famille, les circuits fermes qui ne produisent aucune bulle, fonctionne uniquement par injection d O2 compensant exactement le metabolisme et aussi adjonction de gaz diluant (air nitrox ou trimix) pour compenser les pertes de volumes liees a l augmentation de la pression et aussi pour conserver un melange respirable sans danger d hyperoxie. Et donc plus de bulles presue pas de consommation et presque plus de limites de temps et profondeur selon les gaz utilises.

 

C est parti ! Apres une journee de voyage avec depart matinal de Marseille et transit via Munich, je retrouve le groupe de Pascal Chauviere a Hurghada a la tombee de la nuit. Inutile de commencer une formation a cette heure la, un court brieffing et une bonne nuit et nous serons frais pour debuter !!!

 

Dimanche : Premiere plongee : arrivee au centre Alyse plongee choisi comme base federale par la FFESSM. Apres une petite course pour charger le materiel, gonfler les blocs de diluant a l air... Hop sur le bateau pour un depart un peu muscle car le vent est assez fort. C est donc avec un leger roulis que nous devons donc composer pour decouvrir et remplir les canisters (cylindre dans lequel on introduit la chaux qui elimine le CO2)... Operation simple pour laquelle il faut surtout s assurer d un remplissage suffisant, du bon positionnement du joint... Ensuite vient le montage des tuyaus, a mon avis assez intuitif puis du test de pression positive et negative la aussi tres simple. Puis vient l allumage des consoles dont les instructions necessitent explications et commentaires de Pascal notre instructeur afin de verifier le bon fonctionnement de l appareil.

Enfin voci venu le moment de l immersion ! Alors que je m attendais a des soucis pour descendre comme a toute formation recycleur, la descente fut relativement fluide et confortable, avec une machine qui m est apparue plutot naturelle a prendre en main... Les exercices qui ont suivi, expliques spontanement et clairement par notre souriant Pascal ont ete vecus assez sereinement par Michael et moi. Court circuitage de l adv (option tres pratique permettant le remplissage automatique des faux poumons lorsqu ils sont en trop forte depression... Evitant ainsi de prendre une mine depitee voire angoissee lors de la descente), changement du set point, la valeur de reglage de la ppo2, exercices de vidage des faux poumons... Et aussi observation de la faune du site de Fanadir, a peine perturbee puique nous sommes vraiment sans bulles ! A la sortie apres 44 minutes, notre plongee nous paraitra bien courte, et il nous reste tant de gaz !


Apres un bon dejeuner egyptien et un changement de site, re-configuration de la machine avec aeration du haut du canister et de ses sondes, purge de l eau contenue dans les faux poumons, verification de l etancheite de la boucle, contrôle de la coherence des affichages des consoles. La deuxieme plongee est un regal, Michael et moi maitrisons mieux la descente meme sans injection automatique court circuitee pour l apprentissage et nous paufinons notre stabilisation meme lors des exercices de perte d embout, de panne totale... Lors de l exploration, nous apprecions de mieux en mieux le silence et l approche au plus pres de la faune subaquatique avec quelques murenes, de jolis poissons clowns et leurs anemones, sur un recif coralien il faut le dire un peu trop endommage par une pression trop soutenue de plongeurs indelicats, esperons-le  involontairement, qui par leur flottabilite mal ajustee ont  genere de trop nombreux chocs fatals pour ces si jolis coraux qui sont morts desormais.

 

Bilan de cette premiere journee, apres un cours theorique indispensable pour bien comprendre les subtilites de cette machine qui comme le dit le manuel, peut vous maintenir en vie (et qui vous fera  mourir a un moment ou un autre si vous ne surveillez pas votre pression partielle d oxygene respiree en faisant trop confiance a l appareil !) : l investissement doit pouvoir valoir le cout d autant que vendue par son fabricant ambiant pressure valve depuis l Angleterre, le cours de la livre nous soit particulierement favorable aujourd hui.

 

Meme si le cout reste elevee les possibilites de la machine que je n ai fait qu entre-apercevoir sont interessantes, les temoignages ne manquent pas. De plus comme le dit Pascal Chauviere notre instructeur le plus de ce recycleur reside dans sa facilite de mise en place et surtout la multiplicite des possibilites de secours en cas de panne, y compris en ayant recours a des coequipiers en plongee traditionnelle en circuit ouvert dont le direct system pourrait directement se connecter au sac pouvant nous donner quelques precieuses minutes de sursis en cas de dysfonctionnement generalise !

 

Lundi matin : apres m etre rememore en vrac les enseignements theoriques de la veille (en circuit ferme mon metabolisme en oxygene = ma consommation d oxy, une sonde a oxygene s use meme si non utilise non deballe en un an car elle mesure continuellement les changements de temperature, la chaux ne doit pas etre tassee...) j ai hate de me reimmerger avec l inspi et mon lestage revise : plus que 4 kilos cela devient enfin raisonnable ! Je vais pouvoir encore mieux ressentir les sensations de fusion avec l element en me debarassant de ces plombs en ceinture.

A nous les beaux fonds de la mer rouge avec en premier plan mon HUD (Head Up Display) un dispositif discret d alerte visuelle de dysfonctionnement que l on apprend vite a oublier tout en l ayant en permanence sous les yeux devant le masque. Oui c est vrai cela fait un peu robocop mais un brin de technicite moderne nous aide a frimer et si en plus ca peut nous maintenir en vie alors la j accepte cette legere intrusion dans mon champ visuel, tout comme je pardonne a l inspiration de me faire palmer davantage compare a un equipement classique vu son encombrement plus important. Mais nous y voila ca y est je mets sur le dos la bete de plus de 30 kilos qui ceci dit se font quand meme assez vite oublier et qui plus est sont assez bien repartis... Mais que nous reserve cette nouvelle plongee ? 99 minutes a 38 metres (maxi) avec une deco optimisee grace a la ppo2 quasi constante et un stock de gaz encore important a la sortie. Rencontres rapprochees avec des murenes de belles tailles, cotoiement de poissons crocodiles et vol avec escadrille d anthias, combines aux exercices de reglage de set point de ppo2 et de constatation de chute de PPo2.

Je commence vraiment a apprecier la difference du circuit ferme par rapport au semi ferme : les faux poumons restent a volume constant minimum d ou une flottabilite beaucoup plus simple a gerer, avec moins de lest et moins d ajustements necessaires. De plus avec l adv (remplissage automatique des faux poumons en cas d inspiration forcee pour eviter la depression lorsqu ils se collabent) j acquiere un nouvel automatisme consistant a forcer sur l inspiration pour compenser une legere perte de flottabilite et bien sur laisser l air partir par le nez dans le cas inverse : simple non ? Autre avantage non negligeable : vu que la ppo2 est constante le % nitrox resultant est toujours optimise au mieux ce qui permet d allonger considerablement la courbe de secu. Sur notre plongee a 40, la ou un ordi air donne 14 minutes a 3 metres, je n en ai que 2 avec le recycleur inspiration !


La deuxieme plongee du jour fut quasi aussi longue, en incluant cette fois ci plein de scenarii de pannes possibles : panne de diluant, d oxy, d ordi... Ca se corse mais c est vrai qu il ne faut jamais vouer une totale confiance a la machine, cette veritable usine a gaz qui peut etre vulnerable a bien des niveaux tant mecanique qu electronique !

La confiance et l aisance s installent de plus en plus l agrement n en est que renforce et l attention se porte de plus en plus sur la faune et flore egyptienne. J en profite aussi pour admirer les prouesses des plongeurs handicapes comme bruno, tetraplegique suite a un vieil accident de moto, devenu plongeur grace a la patience et la passion de Pascal, et qui maintenant decouvre les joies de la plongee recycleur sur le Ray de Draeger, une machine semi fermee compacte ideale pour la plongee loisirs en voyage dans la zone de 20 metres.


Troisieme jour: le mardi est consacre a l exploration - bien longue vu l autonomie permise et la tiedeur des gaz respires qui retarde le refroidissement - et aux techniques d assitances. Endossant cette fois ci un inspiration dans sa version classic dont le solenoide (electrovanne qui injecte l oxygene pilote automatiquement pas les sondes et l ordinateur) etait en panne, j ai le loisir de decouvrir des consoles plus rustiques et le pilotage manuel de l injection d oxygene qui se gere en fait assez facilement. Et c est avant le cotoiement de raies aigles et de tortues que nous procedons a differents exercices d assistance correspondant a des scenari probables pour lesquels il faut invariablement mettre en œuvre un arbre de decision faisant intervenir stabilisation et analyse, toute decision de remontee devant etre murement reflechie pour eviter le surincident lie a l hypoxie et gerer les volumes des faux poumons qui ne demandent qu a vous embarquer a vitesse grand V.



 

Force est de reconnaître que les automatismes commencent a etre adoptes et que les limites de l appareil m apparaissent plus claires. En premier lieu l encombrement qui pourrait pousser a choisir la version evolution plus compacte mais avec 1/3 de gaz embarque en moins, en second lieu la lourdeur de l embout en bouche, malheureusement commune a tout recycleur, mais particulierement vraie lorsque l on realise 3 heures d immersion sur la journee  ! Au bilan global intermediaire je comprends l engouement pour cette machine compte tenu des perspectives offertes en autonomie  de duree et profondeur.

Les informations theoriques donnees par notre instructeur passione et passionant viennent completer utilement la formation pratique. Aujourd hui nous avons un nouvel eclairage sur les sondes, leur fonctionnement et leurs limites notamment la peremption un an apres leur date de fabrication !

 

Troisieme journee : j apprecie de plus en plus l inspiration, et les dauphins aussi visiblement ! Cette journee fut sous le signe des rencontres d exception qui font plaisir : poissons dragon de mer rouge, et 8 dauphins qui ont litteralement tournoye autour de nous nullement effrayes contrairement a une approche avec scaphandre classique producteur de bulles bruyantes.  

 

Que nous reserve la derniere journee ? C est sous un ciel legerement nuageux qu elle commence mais l absence de vent contrairement aux jours precedents laisse presager de bein agreables moments sur le sun deck.

C est le site de Carless reef qui sera notre destination du jour. Autrefois detruit par les Acantaster, ces etoiles de mer envahissantes et devoreuses de corail, le site reprend vie progressivement et abrite de superbes alcyonaires (coraux mous) et de belles murenes geantes.

Durant ces dernieres tres longues plongees (deux heures pour la premiere !) nous finaliserons notre formation avec un sauvetage de 40 metres pour lequel maintien de l embout et surveillance constante de la Ppo2 sont a integer a la traditionnelle gestion des volumes des gilets mais aussi des deux boucles respiratoires ! Pour clore le tout un traditionnel lacher de parachute depuis 20 metres sans gaspillage de gaz et sans s emmeler dans les bouts et voila... Mickael et moi sommes laches en toute autonomie et c est avec un pur bonheur que je decouvre que je peux me passer de lestage (juste deux kilos dans la machine) !

 

A l heure du depart c est le moment de faire le bilan de cette semaine riche d experiences. Tout d abord je remercie bien sur Pascal pour son si precieux temps qu il m a accorde, sa gentillesse et son partage d experience, mais aussi tous les membres de son club, valides ou handicapes, qui m ont reserve un super accueil ainsi que l equipe d alyze plongee dirigee par alain. J ai ete tres heureux de retrouver l ambiance club avec ses personnalites, ses histoire ses liens amicaux, sa vie riche d echanges et de partages, ses aperitifs conviviaux...

 

Sur la formation en elle meme je suis enchante : riche d enseignements tres pratiques, ponctuee d anecdotes et d histoires vecues, eclairee par des topos theoriques pointus, elle m a apporte ce a quoi je m attendais. Expetise, rigueur, securite et preparation aux gestions d urgence ont ete apportes avec brio par Pascal Chauviere.

 

La machine, vous vous en doutez, m a seduit. C est pour moi un must have pour ceux qui veulent repousser les limites et mettre en pratique toute la theorie pointue exigee au niveau 4 de guide de plongee. Les predispositions necessaires a l acquisition sont a mon avis, outre une capacite budgetaire elevee pour l achat lentretien et les consommables (gaz, chaux, sondes...), une rigueur et une patience eprouves, une excellente condition physique pour etre en mesure de se deplacer avec une machine plutot volumineuse, une tete bien faite pour comprendre les multiples phenomenes auquels cet appareil nous soumet.

 

Enfin un message special pour tous les amoureux de la plongee qui comme moi ont envie de profiter encore de longues annees des plaisirs subaquatiques : merci de penser aux effets nefastes  de nos incursions sur la faune sous-marine, de vous contenter d admirer en evitant d interagir, de gerer votre flottabilite de facon a voler entre deux eaux sans abimer le fond.

 

Merci Pascal, bavo pour ton engouement et ton devouement, et longue route a tes projets.


www.aquadomia.com 


Tag(s) : #Info formations plongées

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :