Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Vincent Défossez

Plongée Marseille ou acheter une cuisine ? Dépensez votre argent dans l'expérience plutôt que dans les choses

Apprendre à plonger à Marseille vous rendrait plus heureux que l'achat d'une nouvelle cuisine aménagée !

La plupart des gens sont dans la poursuite du bonheur. Il y a des économistes qui pensent que le bonheur est le meilleur indicateur de la santé d'une société. Nous savons que l'argent peut vous rendre plus heureux, mais après que vos besoins fondamentaux soient satisfaits, ce n'est pas ce qui va vous rendre beaucoup plus heureux. Mais l'une des grandes questions est de savoir comment répartir notre argent, qui est (pour la plupart d'entre nous) une ressource limitée.

Une expérience plongée apporte plus de bonheur que l'achat d'un four micro onde !

Il ya une hypothèse tout à fait logique que la plupart des gens font pour dépenser leur argent: parce qu'un objet physique va durer plus longtemps, il va nous rendre plus heureux pour un temps plus long plutôt qu'une expérience comme un concert ou des vacances. Selon de récentes recherches, il s'avère que hypothèse est complètement fausse.

Un achat matériel vous rend moins heureux qu'une plongée à Marseille !

«L'un des ennemis du bonheur est l'adaptation», explique le Dr Thomas Gilovich, professeur de psychologie à l'Université Cornell, qui a étudié la question de l'argent et le bonheur depuis plus de deux décennies. «Nous achetons des choses pour nous rendre heureux, et nous réussissons. Mais seulement pour un certain temps. De nouvelles choses sont passionnantes à nos yeux au début, mais ensuite nous nous adaptons à elles." Personnellement je peux rêver des mois à une nouvelle moto, mais une fois acquise elle fait très vite partie de mon quotidien, alors que je garde des souvenirs chargés d'émotion de mes expériences en siphon à Notre Dame des Anges, de mes immersions à la passe de Tiputa à Rangiroa, de la visite du Tamaya à St Pierre en Martinique...

Ainsi, plutôt que d'acheter le dernier iPhone ou une nouvelle BMW, Gilovich suggère que vous aurez plus de bonheur à dépenser de l'argent sur des expériences comme aller à des expositions d'art, faire des activités de plein air, l'apprentissage d'une nouvelle compétence, ou voyager... ou plonger à Marseille.

Une expérience plongée à Marseille vous rend heureux pour longtemps
Les conclusions de Gilovich sont la synthèse des études psychologiques menées par lui et d'autres dans le paradoxe d'Easterlin, qui a constaté que l'argent fait le bonheur, mais seulement jusqu'à un certain point. La façon dont l'adaptation affecte le bonheur, par exemple, a été mesurée dans une étude qui a demandé aux gens l'auto-évaluation de leur bonheur avec de l'achat matériel et des achats expérientielles. Initialement, leur bonheur avec ces achats a été classé au même niveau. Mais au fil du temps, la satisfaction des gens avec les choses qu'ils ont acheté diminue, alors que leur satisfaction avec les expériences dans lesquelles ils ont dépensé augmente...

C'est contre-intuitif de constater que quelque chose comme un objet physique que vous pouvez garder pour longtemps ne vous rend pas aussi heureux aussi longtemps que une expérience unique et éphémère. Ironiquement, une chose matérielle facilite l'adaptation pour s'effacer et faire partie de la nouvelle norme. Mais alors que le bonheur de l'achat de matériel diminue au fil du temps, les expériences deviennent une partie enracinée de notre identité.

Même une expérience plongée à Marseille dans de mauvaises conditions météo vous rendra plus heureux que l'achat d'un lave vaiselle !
"Nos expériences sont une plus grande partie de nous-mêmes que nos biens matériels», dit Gilovich. "Vous pouvez vraiment vous rassurer par la propriété de vos acquisitions matérielles. Vous pouvez même penser qu'une partie de votre identité est reliée à ces choses, mais elles restent néanmoins séparées de vous. En revanche, vos expériences sont vraiment partie de vous. Nous sommes la somme totale de nos expériences. "

Une étude menée par Gilovich montre même que si les gens ont une expérience négative, une fois qu'ils ont la chance de parler à ce sujet, leur évaluation de cette expérience augmente positivement. Gilovich attribue cela au fait que quelque chose qui aurait pu être stressant ou effrayant dans le passé peut devenir une histoire drôle à raconter à un proche ou être considéré comme une expérience formatrice intéressante.

Vous vous sentirez plus proches des aventuriers de la plongée à Marseille que des propriétaires de cuisines américaines !
Une autre raison est que les expériences partagées nous relient plus à d'autres personnes que la consommation partagée. Vous êtes beaucoup plus susceptibles de vous sentir connecté à quelqu'un avec qui vous avez pris des vacances avec vous en Martinique que quelqu'un qui vient d'acheter comme vous une Renault Captur.
"Nous consommons des expériences directement avec d'autres gens», dit Gilovich. «Et après ils sont partis, ils font partie des histoires que nous racontons les uns aux autres."
Et même si quelqu'un n'était pas avec vous quand vous avez eu une expérience particulière, vous êtes beaucoup plus susceptibles de vous lier à lui si vous avez tous les deux vécu la même croisière aux Maldives que si vous avez acheté le même ordinateur de plongée.

La plongée à Marseille, une expérience incomparable...
Vous êtes aussi beaucoup moins enclins à comparer négativement vos propres expériences que vous le feriez avec des achats de matériel. Une étude menée par des chercheurs Ryan Howell et Graham Hill a constaté qu'il est plus facile de comparer les biens matériels (combien de chevaux dans ton moteur ? Combien de gaz prend en compte ton ordinateur de plongée ?) que des expériences. Et puisque c'est plus facile de comparer, les gens le font.

"La tendance à comparer avec les voisins tend à être plus prononcée pour les biens matériels que pour les achats expérientielles», dit Gilovich. «Ce qui nous dérange certainement si nous sommes en vacances est de voir les gens qui séjournent dans un meilleur hôtel ou voyager en première classe. Mais il ne se produit pas autant de jalousie que quand nous sommes en comparaison sur les biens matériels."

La recherche de Gilovich a des implications pour les personnes qui veulent maximiser leur retour de bonheur sur leurs placements financiers, pour les employeurs qui veulent avoir une main-d'œuvre plus heureuse, et les décideurs qui veulent avoir une population heureuse.

Le secret du bonheur : préférez l'investissement dans une formation plongée à Marseille ou des excursions en plongée à Marseille que dans l'achat du dernier robot ménager high tech !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article